Recettes traditionnelles

Philadelphie accueillera son premier dîner en blanc

Philadelphie accueillera son premier dîner en blanc


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Nous vous dirons où et quand, mais la date et le lieu sont secrets

Philadelphie accueillera son premier Dîner en Blanc cet été.

Comme si l'ouverture du non traditionnel Barnes Museum cet été n'était pas assez excitante, Philadelphie accueillera également son premier Dîner en Blanc.

Nous vous dirons où et quand, mais cela ne fonctionne pas de cette façon.

Le premier Dîner en Blanc a eu lieu à Paris il y a 24 ans, lorsque François Pasquier et certains de ses amis ont eu l'idée d'organiser un dîner en public apparemment spontané et d'encourager tout le monde à porter du blanc. Après plusieurs années, au cours desquelles l'événement a grandi et s'est étendu de l'autre côté de l'Atlantique à Montréal, Dîner en Blanc a décidé de perdre son caractère informel en incorporant et en marquant son nom.

Maintenant, le concept s'étend à diverses villes, dont Philadelphie cet été.

"C'est essentiellement un élégant pique-nique pop-up", explique Natanya DiBona, coprésidente de l'événement Philly. Comme elle l'explique, voici les détails à ce jour :

1. La date est gardée secrète jusqu'à ce que tous les permis soient accordés.

2. Pendant ce temps, les personnes qui souhaitent participer doivent s'inscrire en ligne sur une liste d'attente à l'adresse http://philadelphia.dinerenblanc.info.

3. Une fois que la date et l'heure ont été annoncées, le lieu public est gardé secret jusqu'à ce que le chef de table conduise les invités d'un point de rassemblement au site réel.

4. Les participants doivent se présenter vêtus de blanc.

5. Vous pouvez montrer votre individualité en apportant votre propre pique-nique (le vin et la bière sont OK, les spiritueux ne le sont pas) ou vous pouvez en précommander un.

6. Vous ne pouvez pas apporter de vaisselle et d'argenterie jetables, et ce que vous transportez, vous devez le faire - ou le manger ou le boire. C'est peut-être Dîner en Blanc, mais c'est 100 % vert.

Pour plus d'informations, rendez-vous sur la page Facebook : Dîner en Blanc — Philadelphie.


J'ai mangé au D&icirner en Blanc à Paris, le 30e anniversaire du Dîner Pop-Up Secret

Ce repas communautaire massif, en plein air, a attiré la plus grande foule de ses 30 ans d'histoire avec 13 000 personnes.

Les jours précédant le 30e anniversaire de D&# xEEner en Blanc&# x2014le dîner en plein air tout en blanc qui a lieu chaque année dans une ville différente du monde— vient de célébrer son 30e anniversaire avec une fête pour les âges à Paris ce week-end passé. étaient entourés de secret. Dans la plus grande participation que le pop-up ait jamais vue, 13 000 personnes y ont assisté. Mais comme chaque année, le lieu du dîner était gardé secret jusqu'à l'heure du repas.

Aurait-il lieu sous la Tour Eiffel ? me suis-je demandé en montant dans l'avion pour Paris, sachant seulement que je finirais par prendre une chaise pour dîner quelque part. Ou les Champs de Elysées ? J'ai spéculé quand j'ai frappé Charles de Gaulle. Personne ne savait. Je ne savais même pas ce que nous allions manger.

Cette année, Dîner en Blanc s'est associé au groupe hôtelier Sofitel pour créer une expérience immersive pour les clients, et Sofitel m'a invité à vivre le dîner par moi-même. C'était ma deuxième fois à Paris en huit ans environ. La première fois, je suis venu seul, ne portant qu'un sac à dos de randonnée et dormant sur un canapé-lit appartenant à un ami d'un ami. Cette fois, j'assisterais à un dîner super-mystérieux avec un emplacement si bien gardé secret que personne ne sait où il se trouve jusqu'à ce qu'ils se tiennent littéralement juste devant. Paris, semblait-il, allait enfin me révéler son glamour et sa romance légendaires.

Pour assister à l'événement, les convives doivent recevoir un code d'invitation ou s'inscrire sur la liste d'attente. Les codes d'invitation ne vont qu'aux personnes figurant sur la liste des membres. Comment on obtient sur ladite liste de membres reste un mystère pour moi. Personne n'a pu me le dire, mais je sais qu'une fois que vous êtes sur la liste, vous y êtes à vie.

Pour un événement qui prétend un niveau d'exclusivité généralement associé aux événements VIP de premier plan, Dîner en Blanc a une mentalité étonnamment égalitaire et DIY. Tous les invités D&# xEEner en Blanc sont tenus d'apporter leurs propres tables, chaises, couverts, vaisselle, nourriture et boissons à l'emplacement de la fête.

Sofitel a travaillé avec une entreprise de restauration appelée Potel et Chabot pour fournir notre repas à quatre plats - une salade romaine, une salade de fruits, un plat de poisson et un dessert - qu'ils ont soigneusement rangés dans des paniers de pique-nique blancs. L'hôtel a également fourni des assiettes, des tasses, du vin et des compositions florales pour la table. Il s'agit d'un forfait Diner en Blanc que l'hôtel a lancé dans le monde entier, vous n'aurez donc pas à vous soucier de rechercher des paniers de pique-nique, des couverts et des meubles jetables dans une ville étrangère.

Ce traitement cinq étoiles comporte cependant un élément de travail manuel : le jour de D&# xEEner en Blanc, notre groupe&# x2014 vêtu de nos tenues entièrement blanches et portant toujours les chaussures de marche décontractées qui nous avaient été conseillées deviendraient indispensables&# x2014chargé le paniers de pique-nique remplis de nourriture, de boîtes de fleurs, de vases, d'assiettes, de tables et de chaises dans l'Ubers qui nous amènerait au point de rencontre : Mus&# xE9e de l&aposArm&# xE9e, la maison de Napoléon&# x2019s tombeau doré. À ce stade, nous ne connaissions toujours pas le lieu final du dîner.

Nous nous sommes attardés sur le trottoir devant le musée pendant une demi-heure avant le début du dîner, regardant de plus en plus de foules commencer à se rassembler, tous vêtus de fascinateurs blancs couverts de plumes surgissant dans les groupes mêlés, une femme plus âgée dans un diadème est apparue au milieu des femmes parisiennes sculpturales portant des franges et des capes, et un homme portant une bouteille de champagne géante. Nous attendions tous.

Finalement, notre chef de groupe est apparu, portant un grand parapluie blanc au-dessus de sa tête. Il nous a fait signe de sortir. J'ai consciencieusement soulevé la boîte de fleurs dont j'avais été chargé et j'ai commencé à marcher dans la rue alors que la foule autour de moi s'épaississait lentement jusqu'à des milliers de fêtards. Le soleil brûlant de Paris pulsait au-dessus de ma tête, maculant le maquillage que j'avais appliqué avec tant de diligence plus tôt, et j'ai commencé à sentir l'eau des vases jaillir de la boîte et sur mon tout nouveau jean blanc. Arriver à Dîner en Blanc est une épreuve d'endurance, mais c'est aussi un spectacle. Regarder la mer de blanc descendre dans les rues de la ville, bloquant la circulation, poussant des chariots sur des chemins rocailleux, c'est ressentir un sentiment soudain et urgent de communauté et d'objectif.

Finalement, en sueur et les cheveux crépus, j'ai posé ma boîte à fleurs sur le carré d'herbe qui nous était réservé dans le parc des Invalides juste derrière le musée militaire, avec une vue parfaite sur la Tour Eiffel. Nous avons dressé notre table et nous sommes versés du champagne, avant de nous installer pour regarder le coucher de soleil sur la Tour Eiffel, avec les 13 000 autres invités de Dîner en Blanc assis tout autour de nous.

Un DJ et un groupe live se sont mis en place et bientôt deux soirées dansantes ont éclaté sur l'herbe. Tout autour, j'ai entendu des rires et le tintement des verres&# x2014, un bourdonnement électrique et joyeux remplissait l'air et se mêlait à la brise fraîche de la soirée. J'ai oublié, momentanément, le reste du monde. Finalement, ayant besoin d'une bouffée d'air frais et d'un moment de calme, je me suis levé et je me suis éloigné de la foule jusqu'à la périphérie du parc, en passant devant une fanfare et un groupe d'amis se prenant en photo entre les voies de circulation. Au bord de l'herbe, j'ai fait le point sur la scène des étrangers se rencontrant, s'embrassant, se versant du vin, des couples plus âgés dansant du swing, des jeunes hommes debout sur une table faisant éclater des bouteilles de champagne qu'ils aspergeaient sur la foule. Au milieu de toute cette énergie frénétique et excitante, j'ai en fait vécu un moment de sérénité. La magie de Paris, c'est devenu clair pour moi, ce n'était pas la Tour Eiffel ou la Seine ou les côtelettes de café animées, mais la spontanéité de ses habitants, leur capacité à saisir un seul moment dans le temps et à l'habiter, pleinement et sans réserve. .

Au moment où je suis revenu à mon groupe, des cierges magiques ont commencé à se matérialiser sur la table. L'air est devenu doré et rempli de fumée. Je n'ai pas une image satisfaisante de ce moment. Quelqu'un m'a tendu un cierge magique, j'ai enlevé mes chaussures, je me suis tenu sur une chaise et j'ai commencé à l'agiter dans les airs.

Le partenariat Dîner en Blanc&aposs avec Sofitel est disponible à Montréal, Philadelphie, Chicago, New York et Los Angeles, cet automne.


J'ai mangé au D&icirner en Blanc à Paris, le 30e anniversaire du Dîner Pop-Up Secret

Ce repas communautaire massif, en plein air, a attiré la plus grande foule de ses 30 ans d'histoire avec 13 000 personnes.

Les jours précédant le 30e anniversaire de Dîner en Blanc—le dîner en plein air tout en blanc qui a lieu chaque année dans une ville différente du monde— vient de célébrer son 30e anniversaire avec une fête pour les âges à Paris ce week-end passé. étaient entourés de secret. Dans la plus grande participation que le pop-up ait jamais vue, 13 000 personnes y ont assisté. Mais comme chaque année, le lieu du dîner était gardé secret jusqu'à l'heure du repas.

Aurait-il lieu sous la Tour Eiffel ? Je me suis demandé en montant dans l'avion pour Paris, sachant seulement que je finirais par prendre une chaise pour dîner quelque part. Ou les Champs de Elysées ? J'ai spéculé quand j'ai frappé Charles de Gaulle. Personne ne savait. Je ne savais même pas ce que nous allions manger.

Cette année, Dîner en Blanc s'est associé au groupe hôtelier Sofitel pour créer une expérience immersive pour les clients, et Sofitel m'a invité à vivre le dîner par moi-même. C'était ma deuxième fois à Paris en huit ans environ. La première fois, je suis venu seul, ne portant qu'un sac à dos de randonnée et dormant sur un canapé-lit appartenant à un ami d'un ami. Cette fois, j'assisterais à un dîner super-mystérieux avec un emplacement si bien gardé secret que personne ne sait où il se trouve jusqu'à ce qu'ils se tiennent littéralement juste devant. Paris, semblait-il, allait enfin me révéler son glamour et sa romance légendaires.

Pour assister à l'événement, les convives doivent recevoir un code d'invitation ou s'inscrire sur la liste d'attente. Les codes d'invitation ne vont qu'aux personnes figurant sur la liste des membres. Comment on obtient sur ladite liste de membres reste un mystère pour moi. Personne n'a pu me le dire, mais je sais qu'une fois que vous êtes sur la liste, vous y êtes à vie.

Pour un événement qui prétend un niveau d'exclusivité généralement associé aux événements VIP de premier plan, Dîner en Blanc a une mentalité étonnamment égalitaire et DIY. Tous les invités D&# xEEner en Blanc sont tenus d'apporter leurs propres tables, chaises, couverts, vaisselle, nourriture et boissons à l'emplacement de la fête.

Sofitel a travaillé avec une entreprise de restauration appelée Potel et Chabot pour fournir notre repas à quatre plats - une salade romaine, une salade de fruits, un plat de poisson et un dessert - qu'ils ont soigneusement rangés dans des paniers de pique-nique blancs. L'hôtel a également fourni des assiettes, des tasses, du vin et des compositions florales pour la table. Il s'agit d'un forfait Diner en Blanc que l'hôtel a lancé dans le monde entier, vous n'aurez donc pas à vous soucier de rechercher des paniers de pique-nique, des couverts et des meubles jetables dans une ville étrangère.

Ce traitement cinq étoiles comporte cependant un élément de travail manuel : le jour de D&# xEEner en Blanc, notre groupe&# x2014 vêtu de nos tenues entièrement blanches et portant toujours les chaussures de marche décontractées qui nous avaient été conseillées deviendraient indispensables&# x2014chargé le paniers de pique-nique pleins de nourriture, boîtes de fleurs, vases, assiettes, tables et chaises dans l'Ubers qui nous amènerait au point de rencontre : Mus&# xE9e de l&aposArm&# xE9e, la maison de Napoléon&# x2019s tombeau doré. À ce stade, nous ne connaissions toujours pas le lieu final du dîner.

Nous nous sommes attardés sur le trottoir devant le musée pendant une demi-heure avant le début du dîner, en regardant de plus en plus de foules commencer à se rassembler, tous vêtus de fascinateurs blancs couverts de plumes surgissant dans les groupes mêlés, une femme plus âgée dans un diadème est apparue au milieu des femmes parisiennes sculpturales portant des franges et des capes, et un homme portant une bouteille de champagne géante. Nous attendions tous.

Finalement, notre chef de groupe est apparu, portant un grand parapluie blanc au-dessus de sa tête. Il nous a fait signe de sortir. J'ai consciencieusement soulevé la boîte de fleurs dont j'avais été chargé et j'ai commencé à marcher dans la rue alors que la foule autour de moi s'épaississait lentement jusqu'à des milliers de fêtards. Le soleil brûlant de Paris pulsait au-dessus de ma tête, maculant le maquillage que j'avais appliqué avec tant de diligence plus tôt, et j'ai commencé à sentir l'eau des vases jaillir de la boîte et sur mon tout nouveau jean blanc. Arriver à Dîner en Blanc est une épreuve d'endurance, mais c'est aussi un spectacle. Regarder la mer de blanc descendre dans les rues de la ville, bloquant la circulation, poussant des chariots sur des chemins rocailleux, c'est ressentir un sentiment soudain et urgent de communauté et d'objectif.

Finalement, en sueur et les cheveux crépus, j'ai posé ma boîte à fleurs sur le carré d'herbe qui nous était réservé dans le parc des Invalides juste derrière le musée militaire, avec une vue parfaite sur la Tour Eiffel. Nous avons dressé notre table et nous sommes versés du champagne, avant de nous installer pour regarder le coucher de soleil sur la Tour Eiffel, avec les 13 000 autres invités de Dîner en Blanc assis tout autour de nous.

Un DJ et un groupe live se sont mis en place et bientôt deux soirées dansantes ont éclaté sur l'herbe. Tout autour, j'ai entendu des rires et le tintement des verres&# x2014, un bourdonnement électrique et joyeux remplissait l'air et se mêlait à la brise fraîche de la soirée. J'ai oublié, momentanément, le reste du monde. Finalement, ayant besoin d'une bouffée d'air frais et d'un moment de calme, je me suis levé et je me suis éloigné de la foule jusqu'à la périphérie du parc, en passant devant une fanfare et un groupe d'amis se prenant en photo entre les voies de circulation. Au bord de l'herbe, j'ai fait le point sur la scène des étrangers se rencontrant, s'embrassant, se versant du vin, des couples plus âgés dansant du swing, des jeunes hommes debout sur une table faisant éclater des bouteilles de champagne qu'ils aspergeaient sur la foule. Au milieu de toute cette énergie frénétique et excitante, j'ai en fait vécu un moment de sérénité. La magie de Paris, c'est devenu clair pour moi, ce n'était pas la Tour Eiffel ou la Seine ou les côtelettes de café animées, mais la spontanéité de ses habitants, leur capacité à saisir un seul moment dans le temps et à l'habiter, pleinement et sans réserve. .

Au moment où je suis revenu à mon groupe, des cierges magiques ont commencé à se matérialiser sur la table. L'air est devenu doré et rempli de fumée. Je n'ai pas une image satisfaisante de ce moment. Quelqu'un m'a tendu un cierge magique, j'ai enlevé mes chaussures, je me suis tenu sur une chaise et j'ai commencé à l'agiter dans les airs.

Le partenariat Dîner en Blanc&aposs avec Sofitel est disponible à Montréal, Philadelphie, Chicago, New York et Los Angeles, cet automne.


J'ai mangé au D&icirner en Blanc à Paris, le 30e anniversaire du Dîner Pop-Up Secret

Ce repas communautaire massif, en plein air, a attiré la plus grande foule de ses 30 ans d'histoire avec 13 000 personnes.

Les jours précédant le 30e anniversaire de Dîner en Blanc—le dîner en plein air tout en blanc qui a lieu chaque année dans une ville différente du monde— vient de célébrer son 30e anniversaire avec une fête pour les âges à Paris ce week-end passé. étaient entourés de secret. Dans la plus grande participation que le pop-up ait jamais vue, 13 000 personnes y ont assisté. Mais comme chaque année, le lieu du dîner était gardé secret jusqu'à l'heure du repas.

Aurait-il lieu sous la Tour Eiffel ? Je me suis demandé en montant dans l'avion pour Paris, sachant seulement que je finirais par prendre une chaise pour dîner quelque part. Ou les Champs de Elysées ? J'ai spéculé quand j'ai frappé Charles de Gaulle. Personne ne savait. Je ne savais même pas ce que nous allions manger.

Cette année, Dîner en Blanc s'est associé au groupe hôtelier Sofitel pour créer une expérience immersive pour les clients, et Sofitel m'a invité à vivre le dîner par moi-même. C'était ma deuxième fois à Paris en huit ans environ. La première fois, je suis venu seul, ne portant qu'un sac à dos de randonnée et dormant sur un canapé-lit appartenant à un ami d'un ami. Cette fois, j'assisterais à un dîner super-mystérieux avec un emplacement si bien gardé secret que personne ne sait où il se trouve jusqu'à ce qu'ils se tiennent littéralement juste devant. Paris, semblait-il, allait enfin me révéler son glamour et sa romance légendaires.

Pour assister à l'événement, les convives doivent recevoir un code d'invitation ou s'inscrire sur la liste d'attente. Les codes d'invitation ne vont qu'aux personnes figurant sur la liste des membres. Comment on obtient sur ladite liste de membres reste un mystère pour moi. Personne n'a pu me le dire, mais je sais qu'une fois que vous êtes sur la liste, vous y êtes à vie.

Pour un événement qui prétend un niveau d'exclusivité généralement associé aux événements VIP de premier plan, Dîner en Blanc a une mentalité étonnamment égalitaire et DIY. Tous les invités D&# xEEner en Blanc sont tenus d'apporter leurs propres tables, chaises, couverts, vaisselle, nourriture et boissons à l'emplacement de la fête.

Sofitel a travaillé avec une entreprise de restauration appelée Potel et Chabot pour fournir notre repas à quatre plats - une salade romaine, une salade de fruits, un plat de poisson et un dessert - qu'ils ont soigneusement rangés dans des paniers de pique-nique blancs. L'hôtel a également fourni des assiettes, des tasses, du vin et des compositions florales pour la table. Il s'agit d'un forfait Diner en Blanc que l'hôtel a lancé dans le monde entier, vous n'aurez donc pas à vous soucier de rechercher des paniers de pique-nique, des couverts et des meubles jetables dans une ville étrangère.

Ce traitement cinq étoiles comporte cependant un élément de travail manuel : le jour de D&# xEEner en Blanc, notre groupe&# x2014 vêtu de nos tenues entièrement blanches et portant toujours les chaussures de marche décontractées qui nous avaient été conseillées deviendraient indispensables&# x2014chargé le paniers de pique-nique remplis de nourriture, de boîtes de fleurs, de vases, d'assiettes, de tables et de chaises dans l'Ubers qui nous amènerait au point de rencontre : Mus&# xE9e de l&aposArm&# xE9e, la maison de Napoléon&# x2019s tombeau doré. À ce stade, nous ne connaissions toujours pas le lieu final du dîner.

Nous nous sommes attardés sur le trottoir devant le musée pendant une demi-heure avant le début du dîner, regardant de plus en plus de foules commencer à se rassembler, tous vêtus de fascinateurs blancs couverts de plumes surgissant dans les groupes mêlés, une femme plus âgée dans un diadème est apparue au milieu des femmes parisiennes sculpturales portant des franges et des capes, et un homme portant une bouteille de champagne géante. Nous attendions tous.

Finalement, notre chef de groupe est apparu, portant un grand parapluie blanc au-dessus de sa tête. Il nous a fait signe de sortir. J'ai consciencieusement soulevé la boîte de fleurs dont j'avais été chargé et j'ai commencé à marcher dans la rue alors que la foule autour de moi s'épaississait lentement jusqu'à des milliers de fêtards. Le soleil brûlant de Paris pulsait au-dessus de ma tête, maculant le maquillage que j'avais appliqué avec tant de diligence plus tôt, et j'ai commencé à sentir l'eau des vases jaillir de la boîte et sur mon tout nouveau jean blanc. Arriver à Dîner en Blanc est une épreuve d'endurance, mais c'est aussi un spectacle. Regarder la mer de blanc descendre dans les rues de la ville, bloquant la circulation, poussant des chariots sur des chemins rocailleux, c'est ressentir un sentiment soudain et urgent de communauté et d'objectif.

Finalement, en sueur et les cheveux crépus, j'ai posé ma boîte à fleurs sur le carré d'herbe qui nous était réservé dans le parc des Invalides juste derrière le musée militaire, avec une vue parfaite sur la Tour Eiffel. Nous avons dressé notre table et nous sommes versés du champagne, avant de nous installer pour regarder le coucher de soleil sur la Tour Eiffel, avec les 13 000 autres invités de Dîner en Blanc assis tout autour de nous.

Un DJ et un groupe live se sont mis en place et bientôt deux soirées dansantes ont éclaté sur l'herbe. Tout autour, j'ai entendu des rires et le tintement des verres&# x2014, un bourdonnement électrique et joyeux remplissait l'air et se mêlait à la brise fraîche de la soirée. J'ai oublié, momentanément, le reste du monde. Finalement, ayant besoin d'une bouffée d'air frais et d'un moment de calme, je me suis levé et je me suis éloigné de la foule jusqu'à la périphérie du parc, en passant devant une fanfare et un groupe d'amis se prenant en photo entre les voies de circulation. Au bord de l'herbe, j'ai fait le point sur la scène des étrangers se rencontrant, s'embrassant, se versant du vin, des couples plus âgés dansant du swing, des jeunes hommes debout sur une table faisant éclater des bouteilles de champagne qu'ils aspergeaient sur la foule. Au milieu de toute cette énergie frénétique et excitante, j'ai en fait vécu un moment de sérénité. La magie de Paris, c'est devenu clair pour moi, ce n'était pas la Tour Eiffel ou la Seine ou les côtelettes de café animées, mais la spontanéité de ses habitants, leur capacité à saisir un seul moment dans le temps et à l'habiter, pleinement et sans réserve. .

Au moment où je suis revenu dans mon groupe, des cierges magiques ont commencé à se matérialiser sur la table. L'air est devenu doré et rempli de fumée. Je n'ai pas une image satisfaisante de ce moment. Quelqu'un m'a tendu un cierge magique, j'ai enlevé mes chaussures, je me suis tenu sur une chaise et j'ai commencé à l'agiter dans les airs.

Le partenariat Dîner en Blanc&aposs avec Sofitel est disponible à Montréal, Philadelphie, Chicago, New York et Los Angeles, cet automne.


J'ai mangé au D&icirner en Blanc à Paris, le 30e anniversaire du Dîner Pop-Up Secret

Ce repas communautaire massif, en plein air, a attiré la plus grande foule de ses 30 ans d'histoire avec 13 000 personnes.

Les jours précédant le 30e anniversaire de Dîner en Blanc—le dîner en plein air tout en blanc qui a lieu chaque année dans une ville différente du monde— vient de célébrer son 30e anniversaire avec une fête pour les âges à Paris ce week-end passé. étaient entourés de secret. Dans la plus grande participation que le pop-up ait jamais vue, 13 000 personnes y ont assisté. Mais comme chaque année, le lieu du dîner était gardé secret jusqu'à l'heure du repas.

Aurait-il lieu sous la Tour Eiffel ? Je me suis demandé en montant dans l'avion pour Paris, sachant seulement que je finirais par prendre une chaise pour dîner quelque part. Ou les Champs de Elysées ? J'ai spéculé quand j'ai frappé Charles de Gaulle. Personne ne savait. Je ne savais même pas ce que nous allions manger.

Cette année, Dîner en Blanc s'est associé au groupe hôtelier Sofitel pour créer une expérience immersive pour les clients, et Sofitel m'a invité à vivre le dîner par moi-même. C'était ma deuxième fois à Paris en huit ans environ. La première fois, je suis venu seul, ne portant qu'un sac à dos de randonnée et dormant sur un canapé-lit appartenant à un ami d'un ami. Cette fois, j'assisterais à un dîner super-mystérieux avec un emplacement si bien gardé secret que personne ne sait où il se trouve jusqu'à ce qu'ils se tiennent littéralement juste devant. Paris, semblait-il, allait enfin me révéler son glamour et sa romance légendaires.

Pour assister à l'événement, les convives doivent recevoir un code d'invitation ou s'inscrire sur la liste d'attente. Les codes d'invitation ne vont qu'aux personnes figurant sur la liste des membres. Comment on obtient sur ladite liste de membres reste un mystère pour moi. Personne n'a pu me le dire, mais je sais qu'une fois que vous êtes sur la liste, vous y êtes à vie.

Pour un événement qui prétend un niveau d'exclusivité généralement associé aux événements VIP de premier plan, Dîner en Blanc a une mentalité étonnamment égalitaire et DIY. Tous les invités D&# xEEner en Blanc sont tenus d'apporter leurs propres tables, chaises, couverts, vaisselle, nourriture et boissons à l'emplacement de la fête.

Sofitel a travaillé avec une entreprise de restauration appelée Potel et Chabot pour fournir notre repas à quatre plats - une salade romaine, une salade de fruits, un plat de poisson et un dessert - qu'ils ont soigneusement rangés dans des paniers de pique-nique blancs. L'hôtel a également fourni des assiettes, des tasses, du vin et des compositions florales pour la table. Il s'agit d'un forfait Diner en Blanc que l'hôtel a lancé dans le monde entier, vous n'aurez donc pas à vous soucier de rechercher des paniers de pique-nique, des couverts et des meubles jetables dans une ville étrangère.

Ce traitement cinq étoiles comporte cependant un élément de travail manuel : le jour de D&# xEEner en Blanc, notre groupe&# x2014 vêtu de nos tenues entièrement blanches et portant toujours les chaussures de marche décontractées qui nous avaient été conseillées deviendraient indispensables&# x2014chargé le paniers de pique-nique remplis de nourriture, de boîtes de fleurs, de vases, d'assiettes, de tables et de chaises dans l'Ubers qui nous amènerait au point de rencontre : Mus&# xE9e de l&aposArm&# xE9e, la maison de Napoléon&# x2019s tombeau doré. À ce stade, nous ne connaissions toujours pas le lieu final du dîner.

Nous nous sommes attardés sur le trottoir devant le musée pendant une demi-heure avant le début du dîner, en regardant de plus en plus de foules commencer à se rassembler, tous vêtus de fascinateurs blancs couverts de plumes surgissant dans les groupes mêlés, une femme plus âgée dans un diadème est apparue au milieu des femmes parisiennes sculpturales portant des franges et des capes, et un homme portant une bouteille de champagne géante. Nous attendions tous.

Finalement, notre chef de groupe est apparu, portant un grand parapluie blanc au-dessus de sa tête. Il nous a fait signe de sortir. J'ai consciencieusement soulevé la boîte de fleurs dont j'avais été chargé et j'ai commencé à marcher dans la rue alors que la foule autour de moi s'épaississait lentement jusqu'à des milliers de fêtards. Le soleil brûlant de Paris pulsait au-dessus de ma tête, maculant le maquillage que j'avais appliqué avec tant de diligence plus tôt, et j'ai commencé à sentir l'eau des vases jaillir de la boîte et sur mon tout nouveau jean blanc. Arriver à Dîner en Blanc est une épreuve d'endurance, mais c'est aussi un spectacle. Regarder la mer de blanc descendre dans les rues de la ville, bloquant la circulation, poussant des chariots sur des chemins rocailleux, c'est ressentir un sentiment soudain et urgent de communauté et d'objectif.

Finalement, en sueur et les cheveux crépus, j'ai posé ma boîte à fleurs sur le carré d'herbe qui nous était réservé dans le parc des Invalides juste derrière le musée militaire, avec une vue parfaite sur la Tour Eiffel. Nous avons dressé notre table et nous nous sommes versés du champagne, avant de nous installer pour regarder le coucher de soleil sur la Tour Eiffel, avec les 13 000 autres invités de Dîner en Blanc assis tout autour de nous.

Un DJ et un groupe live se sont mis en place et bientôt deux soirées dansantes ont éclaté sur l'herbe. Tout autour, j'ai entendu des rires et le tintement des verres&# x2014, un bourdonnement électrique et joyeux remplissait l'air et se mêlait à la brise fraîche de la soirée. J'ai oublié, momentanément, le reste du monde. Finalement, ayant besoin d'une bouffée d'air frais et d'un moment de calme, je me suis levé et je me suis éloigné de la foule jusqu'à la périphérie du parc, en passant devant une fanfare et un groupe d'amis se prenant en photo entre les voies de circulation. Au bord de l'herbe, j'ai fait le point sur la scène des étrangers se rencontrant, s'embrassant, se versant du vin, des couples plus âgés dansant du swing, des jeunes hommes debout sur une table faisant éclater des bouteilles de champagne qu'ils aspergeaient sur la foule. Au milieu de toute cette énergie frénétique et excitante, j'ai en fait vécu un moment de sérénité. La magie de Paris, c'est devenu clair pour moi, ce n'était pas la Tour Eiffel ou la Seine ou les côtelettes de café animées, mais la spontanéité de ses habitants, leur capacité à saisir un seul moment dans le temps et à l'habiter, pleinement et sans réserve. .

Au moment où je suis revenu à mon groupe, des cierges magiques ont commencé à se matérialiser sur la table. L'air est devenu doré et rempli de fumée. Je n'ai pas une image satisfaisante de ce moment. Quelqu'un m'a tendu un cierge magique, j'ai enlevé mes chaussures, je me suis tenu sur une chaise et j'ai commencé à l'agiter dans les airs.

Le partenariat Dîner en Blanc&aposs avec Sofitel est disponible à Montréal, Philadelphie, Chicago, New York et Los Angeles, cet automne.


J'ai mangé au D&icirner en Blanc à Paris, le 30e anniversaire du Dîner Pop-Up Secret

Ce repas communautaire massif, en plein air, a attiré la plus grande foule de ses 30 ans d'histoire avec 13 000 personnes.

Les jours précédant le 30e anniversaire de Dîner en Blanc—le dîner en plein air tout en blanc qui a lieu chaque année dans une ville différente du monde— vient de célébrer son 30e anniversaire avec une fête pour les âges à Paris ce week-end passé. étaient entourés de secret. Dans la plus grande participation que le pop-up ait jamais vue, 13 000 personnes y ont assisté. Mais comme chaque année, le lieu du dîner était gardé secret jusqu'à l'heure du repas.

Aurait-il lieu sous la Tour Eiffel ? Je me suis demandé en montant dans l'avion pour Paris, sachant seulement que je finirais par prendre une chaise pour dîner quelque part. Ou les Champs de Elysées ? J'ai spéculé quand j'ai frappé Charles de Gaulle. Personne ne savait. Je ne savais même pas ce que nous allions manger.

Cette année, Dîner en Blanc s'est associé au groupe hôtelier Sofitel pour créer une expérience immersive pour les clients, et Sofitel m'a invité à vivre le dîner par moi-même. C'était ma deuxième fois à Paris en huit ans environ. La première fois, je suis venu seul, ne portant qu'un sac à dos de randonnée et dormant sur un canapé-lit appartenant à un ami d'un ami. Cette fois, j'assisterais à un dîner super-mystérieux avec un emplacement si bien gardé secret que personne ne sait où il se trouve jusqu'à ce qu'ils se tiennent littéralement juste devant. Paris, semblait-il, allait enfin me révéler son glamour et sa romance légendaires.

Pour assister à l'événement, les convives doivent recevoir un code d'invitation ou s'inscrire sur la liste d'attente. Les codes d'invitation ne vont qu'aux personnes figurant sur la liste des membres. Comment on obtient sur ladite liste de membres reste un mystère pour moi. Personne n'a pu me le dire, mais je sais qu'une fois que vous êtes sur la liste, vous y êtes à vie.

Pour un événement qui prétend un niveau d'exclusivité généralement associé aux événements VIP de premier plan, Dîner en Blanc a une mentalité étonnamment égalitaire et DIY. Tous les invités D&# xEEner en Blanc sont tenus d'apporter leurs propres tables, chaises, couverts, vaisselle, nourriture et boissons à l'emplacement de la fête.

Sofitel a travaillé avec une entreprise de restauration appelée Potel et Chabot pour fournir notre repas à quatre plats - une salade romaine, une salade de fruits, un plat de poisson et un dessert - qu'ils ont soigneusement rangés dans des paniers de pique-nique blancs. L'hôtel a également fourni des assiettes, des tasses, du vin et des compositions florales pour la table. Il s'agit d'un forfait Diner en Blanc que l'hôtel a lancé dans le monde entier, vous n'aurez donc pas à vous soucier de rechercher des paniers de pique-nique, des couverts et des meubles jetables dans une ville étrangère.

Ce traitement cinq étoiles comporte cependant un élément de travail manuel : le jour de D&# xEEner en Blanc, notre groupe&# x2014 vêtu de nos tenues entièrement blanches et portant toujours les chaussures de marche décontractées qui nous avaient été conseillées deviendraient indispensables&# x2014chargé le paniers de pique-nique pleins de nourriture, boîtes de fleurs, vases, assiettes, tables et chaises dans l'Ubers qui nous amènerait au point de rencontre : Mus&# xE9e de l&aposArm&# xE9e, la maison de Napoléon&# x2019s tombeau doré. À ce stade, nous ne connaissions toujours pas le lieu final du dîner.

Nous nous sommes attardés sur le trottoir devant le musée pendant une demi-heure avant le début du dîner, regardant de plus en plus de foules commencer à se rassembler, tous vêtus de fascinateurs blancs couverts de plumes surgissant dans les groupes mêlés, une femme plus âgée dans un diadème est apparue au milieu des femmes parisiennes sculpturales portant des franges et des capes, et un homme portant une bouteille de champagne géante. Nous attendions tous.

Finally, our group leader appeared, carrying a large, white umbrella over his head. He beckoned us forth. I dutifully lifted the box of flowers I had been put in charge of and began to march down the street as the crowd around me slowly thickened to thousands of party-goers deep. The hot, Parisian sun pulsed over-head, smearing the makeup I had so diligently applied earlier, and I began to feel water from the vases slosh out of the box and onto my brand new white jeans. Getting to Dîner en Blanc is an endurance test, but it’s also a spectacle. To watch the sea of white descend on the streets of the city, blocking traffic, pushing carts across rocky paths, is to feel a sudden, urgent sense of community and purpose.

Eventually, sweating and frizzy-haired, I set down my box of flowers on the patch of grass reserved for us in Les Invalidespark just behind the military museum, with a perfect view of the Eiffel Tower. We set our table and poured ourselves Champagne, eventually settling in to watch the sunset over the Eiffel Tower, along with the 13,000 other Dîner en Blanc guests seated all around us.

A DJ and a live band set up and soon two dance parties broke out on the grass. All around, I heard laughter and the clinking of glasses𠅊n electric, happy buzz filled the air and mixed with the evening’s cool breeze. I forgot, momentarily, about the rest of the world. Eventually, needing a breath of fresh air and a moment of quiet, I stood up and walked away from the crowd to the outskirts of the park, passing a marching band, and a group of friends taking pictures of each other between lanes of traffic. On the edge of the grass, I took stock of the scene—strangers meeting each other, hugging, pouring wine for each other, older couples swing dancing, young men standing on a table popping open bottles of Champagne that they sprayed on the crowd. In the midst of all that frenetic, thrilling energy I actually experienced a moment of serenity. The magic of Paris, it became clear to me, was not the Eiffel Tower or the River Seine or the bustling coffee chops, but the spontaneity of its people, their ability to grasp a single moment in time and live in it, fully and unreservedly.

By the time I got back to my group, sparklers began to materialize on the table. The air turned golden and filled with smoke. I don’t have a satisfactory picture of this moment. Someone handed me a sparkler, I kicked my shoes off, stood on a chair, and began to wave it in the air.

Dîner en Blanc&aposs partnership with Sofitel is available in Montreal, Philadelphia, Chicago, New York City, and Los Angeles, this fall.


I Ate at Paris's Dîner en Blanc, the 30th Anniversary of the Secretive Pop-Up Dinner Party

This massive, outdoor, communal meal drew the biggest crowd in its 30-year history with 13,000 people.

The days leading up to the 30th anniversary of Dîner en Blanc—the outdoor, all-white dinner party that takes place in a different city around the world every year—just celebrated its 30th anniversary with a feast for the ages in Paris this past weekend. were shrouded in secrecy. In the biggest turnout the pop-up has ever seen, a staggering 13,000 people attended. But like every year, the location of the dinner was kept a complete secret until it was time to eat.

Would it take place under the Eiffel Tower? I wondered as I boarded the plane to Paris, knowing only that I would eventually pull up a chair to dinner somewhere. Or the Champs de Elysees? I speculated when I hit Charles de Gaulle. No one knew. I didn’t even know what we would be eating.

This year, Dîner en Blanc partnered with the Sofitel hotel group to create an immersive experience for guests, and Sofitel invited me along to experience the dinner for myself. It was my second time Paris in roughly eight years. The first time I came alone, carrying only a hiking backpack and sleeping on a fold out couch belonging to a friend of a friend. This time, I would be attending a super-mysterious dinner party with a location kept so well under wraps that no one is sure where it is until they&aposre literally standing right in front of it. Paris, it seemed, would finally be revealing it’s legendary glamour and romance to me.

To attend the event, diners have to receive an invitation code or sign up for the waitlist. Invitation codes only go to people on the membership list. How one gets on said membership list remains a mystery to me. No one was able to tell me, but I do know that once you’re on the list, you’re on it for life.

For an event that purports a level of exclusivity usually associated with A-list VIP events, Dîner en Blanc has a surprisingly egalitarian, DIY mentality. All Dîner en Blanc guests are required to bring their own tables, chairs, cutlery, dinnerware, food, and drinks to the party’s location.

Sofitel worked with a catering company called Potel and Chabot to provide our four-course meal𠅊 romaine salad, a fruit salad, a fish dish, and dessert—which they arranged neatly in white picnic baskets. The hotel also provided plates, cups, wine, and flower arrangements for the table. It&aposs a Diner en Blanc package the hotel has launched worldwide, so you won’t have to worry about tracking down picnic baskets, cutlery and disposable furniture in a foreign city.

This five-star treatment does have an element of manual labor though: The day of Dîner en Blanc, our group𠅌lad in our all-white outfits and still wearing the casual walking shoes we had been advised would become indispensible—loaded the picnic baskets full of food, boxes of flowers, vases, plates, tables and chairs into the Ubers that would take us to the meeting spot: Musພ de l&aposArmພ, the home of Napolean’s gilded tomb. At that point, we still didn’t know the final location of the dinner.

We lingered on the sidewalk in front of the museum for half an hour before the dinner began, watching as more crowds began to gather, all wearing white�scinators covered in feathers popped up in the mingling groups, an older woman in a tiara appeared amid statuesque Parisian women bearing fringe and capes, and a man shouldering a giant bottle of Champagne. We were all waiting.

Finally, our group leader appeared, carrying a large, white umbrella over his head. He beckoned us forth. I dutifully lifted the box of flowers I had been put in charge of and began to march down the street as the crowd around me slowly thickened to thousands of party-goers deep. The hot, Parisian sun pulsed over-head, smearing the makeup I had so diligently applied earlier, and I began to feel water from the vases slosh out of the box and onto my brand new white jeans. Getting to Dîner en Blanc is an endurance test, but it’s also a spectacle. To watch the sea of white descend on the streets of the city, blocking traffic, pushing carts across rocky paths, is to feel a sudden, urgent sense of community and purpose.

Eventually, sweating and frizzy-haired, I set down my box of flowers on the patch of grass reserved for us in Les Invalidespark just behind the military museum, with a perfect view of the Eiffel Tower. We set our table and poured ourselves Champagne, eventually settling in to watch the sunset over the Eiffel Tower, along with the 13,000 other Dîner en Blanc guests seated all around us.

A DJ and a live band set up and soon two dance parties broke out on the grass. All around, I heard laughter and the clinking of glasses𠅊n electric, happy buzz filled the air and mixed with the evening’s cool breeze. I forgot, momentarily, about the rest of the world. Eventually, needing a breath of fresh air and a moment of quiet, I stood up and walked away from the crowd to the outskirts of the park, passing a marching band, and a group of friends taking pictures of each other between lanes of traffic. On the edge of the grass, I took stock of the scene—strangers meeting each other, hugging, pouring wine for each other, older couples swing dancing, young men standing on a table popping open bottles of Champagne that they sprayed on the crowd. In the midst of all that frenetic, thrilling energy I actually experienced a moment of serenity. The magic of Paris, it became clear to me, was not the Eiffel Tower or the River Seine or the bustling coffee chops, but the spontaneity of its people, their ability to grasp a single moment in time and live in it, fully and unreservedly.

By the time I got back to my group, sparklers began to materialize on the table. The air turned golden and filled with smoke. I don’t have a satisfactory picture of this moment. Someone handed me a sparkler, I kicked my shoes off, stood on a chair, and began to wave it in the air.

Dîner en Blanc&aposs partnership with Sofitel is available in Montreal, Philadelphia, Chicago, New York City, and Los Angeles, this fall.


I Ate at Paris's Dîner en Blanc, the 30th Anniversary of the Secretive Pop-Up Dinner Party

This massive, outdoor, communal meal drew the biggest crowd in its 30-year history with 13,000 people.

The days leading up to the 30th anniversary of Dîner en Blanc—the outdoor, all-white dinner party that takes place in a different city around the world every year—just celebrated its 30th anniversary with a feast for the ages in Paris this past weekend. were shrouded in secrecy. In the biggest turnout the pop-up has ever seen, a staggering 13,000 people attended. But like every year, the location of the dinner was kept a complete secret until it was time to eat.

Would it take place under the Eiffel Tower? I wondered as I boarded the plane to Paris, knowing only that I would eventually pull up a chair to dinner somewhere. Or the Champs de Elysees? I speculated when I hit Charles de Gaulle. No one knew. I didn’t even know what we would be eating.

This year, Dîner en Blanc partnered with the Sofitel hotel group to create an immersive experience for guests, and Sofitel invited me along to experience the dinner for myself. It was my second time Paris in roughly eight years. The first time I came alone, carrying only a hiking backpack and sleeping on a fold out couch belonging to a friend of a friend. This time, I would be attending a super-mysterious dinner party with a location kept so well under wraps that no one is sure where it is until they&aposre literally standing right in front of it. Paris, it seemed, would finally be revealing it’s legendary glamour and romance to me.

To attend the event, diners have to receive an invitation code or sign up for the waitlist. Invitation codes only go to people on the membership list. How one gets on said membership list remains a mystery to me. No one was able to tell me, but I do know that once you’re on the list, you’re on it for life.

For an event that purports a level of exclusivity usually associated with A-list VIP events, Dîner en Blanc has a surprisingly egalitarian, DIY mentality. All Dîner en Blanc guests are required to bring their own tables, chairs, cutlery, dinnerware, food, and drinks to the party’s location.

Sofitel worked with a catering company called Potel and Chabot to provide our four-course meal𠅊 romaine salad, a fruit salad, a fish dish, and dessert—which they arranged neatly in white picnic baskets. The hotel also provided plates, cups, wine, and flower arrangements for the table. It&aposs a Diner en Blanc package the hotel has launched worldwide, so you won’t have to worry about tracking down picnic baskets, cutlery and disposable furniture in a foreign city.

This five-star treatment does have an element of manual labor though: The day of Dîner en Blanc, our group𠅌lad in our all-white outfits and still wearing the casual walking shoes we had been advised would become indispensible—loaded the picnic baskets full of food, boxes of flowers, vases, plates, tables and chairs into the Ubers that would take us to the meeting spot: Musພ de l&aposArmພ, the home of Napolean’s gilded tomb. At that point, we still didn’t know the final location of the dinner.

We lingered on the sidewalk in front of the museum for half an hour before the dinner began, watching as more crowds began to gather, all wearing white�scinators covered in feathers popped up in the mingling groups, an older woman in a tiara appeared amid statuesque Parisian women bearing fringe and capes, and a man shouldering a giant bottle of Champagne. We were all waiting.

Finally, our group leader appeared, carrying a large, white umbrella over his head. He beckoned us forth. I dutifully lifted the box of flowers I had been put in charge of and began to march down the street as the crowd around me slowly thickened to thousands of party-goers deep. The hot, Parisian sun pulsed over-head, smearing the makeup I had so diligently applied earlier, and I began to feel water from the vases slosh out of the box and onto my brand new white jeans. Getting to Dîner en Blanc is an endurance test, but it’s also a spectacle. To watch the sea of white descend on the streets of the city, blocking traffic, pushing carts across rocky paths, is to feel a sudden, urgent sense of community and purpose.

Eventually, sweating and frizzy-haired, I set down my box of flowers on the patch of grass reserved for us in Les Invalidespark just behind the military museum, with a perfect view of the Eiffel Tower. We set our table and poured ourselves Champagne, eventually settling in to watch the sunset over the Eiffel Tower, along with the 13,000 other Dîner en Blanc guests seated all around us.

A DJ and a live band set up and soon two dance parties broke out on the grass. All around, I heard laughter and the clinking of glasses𠅊n electric, happy buzz filled the air and mixed with the evening’s cool breeze. I forgot, momentarily, about the rest of the world. Eventually, needing a breath of fresh air and a moment of quiet, I stood up and walked away from the crowd to the outskirts of the park, passing a marching band, and a group of friends taking pictures of each other between lanes of traffic. On the edge of the grass, I took stock of the scene—strangers meeting each other, hugging, pouring wine for each other, older couples swing dancing, young men standing on a table popping open bottles of Champagne that they sprayed on the crowd. In the midst of all that frenetic, thrilling energy I actually experienced a moment of serenity. The magic of Paris, it became clear to me, was not the Eiffel Tower or the River Seine or the bustling coffee chops, but the spontaneity of its people, their ability to grasp a single moment in time and live in it, fully and unreservedly.

By the time I got back to my group, sparklers began to materialize on the table. The air turned golden and filled with smoke. I don’t have a satisfactory picture of this moment. Someone handed me a sparkler, I kicked my shoes off, stood on a chair, and began to wave it in the air.

Dîner en Blanc&aposs partnership with Sofitel is available in Montreal, Philadelphia, Chicago, New York City, and Los Angeles, this fall.


I Ate at Paris's Dîner en Blanc, the 30th Anniversary of the Secretive Pop-Up Dinner Party

This massive, outdoor, communal meal drew the biggest crowd in its 30-year history with 13,000 people.

The days leading up to the 30th anniversary of Dîner en Blanc—the outdoor, all-white dinner party that takes place in a different city around the world every year—just celebrated its 30th anniversary with a feast for the ages in Paris this past weekend. were shrouded in secrecy. In the biggest turnout the pop-up has ever seen, a staggering 13,000 people attended. But like every year, the location of the dinner was kept a complete secret until it was time to eat.

Would it take place under the Eiffel Tower? I wondered as I boarded the plane to Paris, knowing only that I would eventually pull up a chair to dinner somewhere. Or the Champs de Elysees? I speculated when I hit Charles de Gaulle. No one knew. I didn’t even know what we would be eating.

This year, Dîner en Blanc partnered with the Sofitel hotel group to create an immersive experience for guests, and Sofitel invited me along to experience the dinner for myself. It was my second time Paris in roughly eight years. The first time I came alone, carrying only a hiking backpack and sleeping on a fold out couch belonging to a friend of a friend. This time, I would be attending a super-mysterious dinner party with a location kept so well under wraps that no one is sure where it is until they&aposre literally standing right in front of it. Paris, it seemed, would finally be revealing it’s legendary glamour and romance to me.

To attend the event, diners have to receive an invitation code or sign up for the waitlist. Invitation codes only go to people on the membership list. How one gets on said membership list remains a mystery to me. No one was able to tell me, but I do know that once you’re on the list, you’re on it for life.

For an event that purports a level of exclusivity usually associated with A-list VIP events, Dîner en Blanc has a surprisingly egalitarian, DIY mentality. All Dîner en Blanc guests are required to bring their own tables, chairs, cutlery, dinnerware, food, and drinks to the party’s location.

Sofitel worked with a catering company called Potel and Chabot to provide our four-course meal𠅊 romaine salad, a fruit salad, a fish dish, and dessert—which they arranged neatly in white picnic baskets. The hotel also provided plates, cups, wine, and flower arrangements for the table. It&aposs a Diner en Blanc package the hotel has launched worldwide, so you won’t have to worry about tracking down picnic baskets, cutlery and disposable furniture in a foreign city.

This five-star treatment does have an element of manual labor though: The day of Dîner en Blanc, our group𠅌lad in our all-white outfits and still wearing the casual walking shoes we had been advised would become indispensible—loaded the picnic baskets full of food, boxes of flowers, vases, plates, tables and chairs into the Ubers that would take us to the meeting spot: Musພ de l&aposArmພ, the home of Napolean’s gilded tomb. At that point, we still didn’t know the final location of the dinner.

We lingered on the sidewalk in front of the museum for half an hour before the dinner began, watching as more crowds began to gather, all wearing white�scinators covered in feathers popped up in the mingling groups, an older woman in a tiara appeared amid statuesque Parisian women bearing fringe and capes, and a man shouldering a giant bottle of Champagne. We were all waiting.

Finally, our group leader appeared, carrying a large, white umbrella over his head. He beckoned us forth. I dutifully lifted the box of flowers I had been put in charge of and began to march down the street as the crowd around me slowly thickened to thousands of party-goers deep. The hot, Parisian sun pulsed over-head, smearing the makeup I had so diligently applied earlier, and I began to feel water from the vases slosh out of the box and onto my brand new white jeans. Getting to Dîner en Blanc is an endurance test, but it’s also a spectacle. To watch the sea of white descend on the streets of the city, blocking traffic, pushing carts across rocky paths, is to feel a sudden, urgent sense of community and purpose.

Eventually, sweating and frizzy-haired, I set down my box of flowers on the patch of grass reserved for us in Les Invalidespark just behind the military museum, with a perfect view of the Eiffel Tower. We set our table and poured ourselves Champagne, eventually settling in to watch the sunset over the Eiffel Tower, along with the 13,000 other Dîner en Blanc guests seated all around us.

A DJ and a live band set up and soon two dance parties broke out on the grass. All around, I heard laughter and the clinking of glasses𠅊n electric, happy buzz filled the air and mixed with the evening’s cool breeze. I forgot, momentarily, about the rest of the world. Eventually, needing a breath of fresh air and a moment of quiet, I stood up and walked away from the crowd to the outskirts of the park, passing a marching band, and a group of friends taking pictures of each other between lanes of traffic. On the edge of the grass, I took stock of the scene—strangers meeting each other, hugging, pouring wine for each other, older couples swing dancing, young men standing on a table popping open bottles of Champagne that they sprayed on the crowd. In the midst of all that frenetic, thrilling energy I actually experienced a moment of serenity. The magic of Paris, it became clear to me, was not the Eiffel Tower or the River Seine or the bustling coffee chops, but the spontaneity of its people, their ability to grasp a single moment in time and live in it, fully and unreservedly.

By the time I got back to my group, sparklers began to materialize on the table. The air turned golden and filled with smoke. I don’t have a satisfactory picture of this moment. Someone handed me a sparkler, I kicked my shoes off, stood on a chair, and began to wave it in the air.

Dîner en Blanc&aposs partnership with Sofitel is available in Montreal, Philadelphia, Chicago, New York City, and Los Angeles, this fall.


I Ate at Paris's Dîner en Blanc, the 30th Anniversary of the Secretive Pop-Up Dinner Party

This massive, outdoor, communal meal drew the biggest crowd in its 30-year history with 13,000 people.

The days leading up to the 30th anniversary of Dîner en Blanc—the outdoor, all-white dinner party that takes place in a different city around the world every year—just celebrated its 30th anniversary with a feast for the ages in Paris this past weekend. were shrouded in secrecy. In the biggest turnout the pop-up has ever seen, a staggering 13,000 people attended. But like every year, the location of the dinner was kept a complete secret until it was time to eat.

Would it take place under the Eiffel Tower? I wondered as I boarded the plane to Paris, knowing only that I would eventually pull up a chair to dinner somewhere. Or the Champs de Elysees? I speculated when I hit Charles de Gaulle. No one knew. I didn’t even know what we would be eating.

This year, Dîner en Blanc partnered with the Sofitel hotel group to create an immersive experience for guests, and Sofitel invited me along to experience the dinner for myself. It was my second time Paris in roughly eight years. The first time I came alone, carrying only a hiking backpack and sleeping on a fold out couch belonging to a friend of a friend. This time, I would be attending a super-mysterious dinner party with a location kept so well under wraps that no one is sure where it is until they&aposre literally standing right in front of it. Paris, it seemed, would finally be revealing it’s legendary glamour and romance to me.

To attend the event, diners have to receive an invitation code or sign up for the waitlist. Invitation codes only go to people on the membership list. How one gets on said membership list remains a mystery to me. No one was able to tell me, but I do know that once you’re on the list, you’re on it for life.

For an event that purports a level of exclusivity usually associated with A-list VIP events, Dîner en Blanc has a surprisingly egalitarian, DIY mentality. All Dîner en Blanc guests are required to bring their own tables, chairs, cutlery, dinnerware, food, and drinks to the party’s location.

Sofitel worked with a catering company called Potel and Chabot to provide our four-course meal𠅊 romaine salad, a fruit salad, a fish dish, and dessert—which they arranged neatly in white picnic baskets. The hotel also provided plates, cups, wine, and flower arrangements for the table. It&aposs a Diner en Blanc package the hotel has launched worldwide, so you won’t have to worry about tracking down picnic baskets, cutlery and disposable furniture in a foreign city.

This five-star treatment does have an element of manual labor though: The day of Dîner en Blanc, our group𠅌lad in our all-white outfits and still wearing the casual walking shoes we had been advised would become indispensible—loaded the picnic baskets full of food, boxes of flowers, vases, plates, tables and chairs into the Ubers that would take us to the meeting spot: Musພ de l&aposArmພ, the home of Napolean’s gilded tomb. At that point, we still didn’t know the final location of the dinner.

We lingered on the sidewalk in front of the museum for half an hour before the dinner began, watching as more crowds began to gather, all wearing white�scinators covered in feathers popped up in the mingling groups, an older woman in a tiara appeared amid statuesque Parisian women bearing fringe and capes, and a man shouldering a giant bottle of Champagne. We were all waiting.

Finally, our group leader appeared, carrying a large, white umbrella over his head. He beckoned us forth. I dutifully lifted the box of flowers I had been put in charge of and began to march down the street as the crowd around me slowly thickened to thousands of party-goers deep. The hot, Parisian sun pulsed over-head, smearing the makeup I had so diligently applied earlier, and I began to feel water from the vases slosh out of the box and onto my brand new white jeans. Getting to Dîner en Blanc is an endurance test, but it’s also a spectacle. To watch the sea of white descend on the streets of the city, blocking traffic, pushing carts across rocky paths, is to feel a sudden, urgent sense of community and purpose.

Eventually, sweating and frizzy-haired, I set down my box of flowers on the patch of grass reserved for us in Les Invalidespark just behind the military museum, with a perfect view of the Eiffel Tower. We set our table and poured ourselves Champagne, eventually settling in to watch the sunset over the Eiffel Tower, along with the 13,000 other Dîner en Blanc guests seated all around us.

A DJ and a live band set up and soon two dance parties broke out on the grass. All around, I heard laughter and the clinking of glasses𠅊n electric, happy buzz filled the air and mixed with the evening’s cool breeze. I forgot, momentarily, about the rest of the world. Eventually, needing a breath of fresh air and a moment of quiet, I stood up and walked away from the crowd to the outskirts of the park, passing a marching band, and a group of friends taking pictures of each other between lanes of traffic. On the edge of the grass, I took stock of the scene—strangers meeting each other, hugging, pouring wine for each other, older couples swing dancing, young men standing on a table popping open bottles of Champagne that they sprayed on the crowd. In the midst of all that frenetic, thrilling energy I actually experienced a moment of serenity. The magic of Paris, it became clear to me, was not the Eiffel Tower or the River Seine or the bustling coffee chops, but the spontaneity of its people, their ability to grasp a single moment in time and live in it, fully and unreservedly.

By the time I got back to my group, sparklers began to materialize on the table. The air turned golden and filled with smoke. I don’t have a satisfactory picture of this moment. Someone handed me a sparkler, I kicked my shoes off, stood on a chair, and began to wave it in the air.

Dîner en Blanc&aposs partnership with Sofitel is available in Montreal, Philadelphia, Chicago, New York City, and Los Angeles, this fall.


I Ate at Paris's Dîner en Blanc, the 30th Anniversary of the Secretive Pop-Up Dinner Party

This massive, outdoor, communal meal drew the biggest crowd in its 30-year history with 13,000 people.

The days leading up to the 30th anniversary of Dîner en Blanc—the outdoor, all-white dinner party that takes place in a different city around the world every year—just celebrated its 30th anniversary with a feast for the ages in Paris this past weekend. were shrouded in secrecy. In the biggest turnout the pop-up has ever seen, a staggering 13,000 people attended. But like every year, the location of the dinner was kept a complete secret until it was time to eat.

Would it take place under the Eiffel Tower? I wondered as I boarded the plane to Paris, knowing only that I would eventually pull up a chair to dinner somewhere. Or the Champs de Elysees? I speculated when I hit Charles de Gaulle. No one knew. I didn’t even know what we would be eating.

This year, Dîner en Blanc partnered with the Sofitel hotel group to create an immersive experience for guests, and Sofitel invited me along to experience the dinner for myself. It was my second time Paris in roughly eight years. The first time I came alone, carrying only a hiking backpack and sleeping on a fold out couch belonging to a friend of a friend. This time, I would be attending a super-mysterious dinner party with a location kept so well under wraps that no one is sure where it is until they&aposre literally standing right in front of it. Paris, it seemed, would finally be revealing it’s legendary glamour and romance to me.

To attend the event, diners have to receive an invitation code or sign up for the waitlist. Invitation codes only go to people on the membership list. How one gets on said membership list remains a mystery to me. No one was able to tell me, but I do know that once you’re on the list, you’re on it for life.

For an event that purports a level of exclusivity usually associated with A-list VIP events, Dîner en Blanc has a surprisingly egalitarian, DIY mentality. All Dîner en Blanc guests are required to bring their own tables, chairs, cutlery, dinnerware, food, and drinks to the party’s location.

Sofitel worked with a catering company called Potel and Chabot to provide our four-course meal𠅊 romaine salad, a fruit salad, a fish dish, and dessert—which they arranged neatly in white picnic baskets. The hotel also provided plates, cups, wine, and flower arrangements for the table. It&aposs a Diner en Blanc package the hotel has launched worldwide, so you won’t have to worry about tracking down picnic baskets, cutlery and disposable furniture in a foreign city.

This five-star treatment does have an element of manual labor though: The day of Dîner en Blanc, our group𠅌lad in our all-white outfits and still wearing the casual walking shoes we had been advised would become indispensible—loaded the picnic baskets full of food, boxes of flowers, vases, plates, tables and chairs into the Ubers that would take us to the meeting spot: Musພ de l&aposArmພ, the home of Napolean’s gilded tomb. At that point, we still didn’t know the final location of the dinner.

We lingered on the sidewalk in front of the museum for half an hour before the dinner began, watching as more crowds began to gather, all wearing white�scinators covered in feathers popped up in the mingling groups, an older woman in a tiara appeared amid statuesque Parisian women bearing fringe and capes, and a man shouldering a giant bottle of Champagne. We were all waiting.

Finally, our group leader appeared, carrying a large, white umbrella over his head. He beckoned us forth. I dutifully lifted the box of flowers I had been put in charge of and began to march down the street as the crowd around me slowly thickened to thousands of party-goers deep. The hot, Parisian sun pulsed over-head, smearing the makeup I had so diligently applied earlier, and I began to feel water from the vases slosh out of the box and onto my brand new white jeans. Getting to Dîner en Blanc is an endurance test, but it’s also a spectacle. To watch the sea of white descend on the streets of the city, blocking traffic, pushing carts across rocky paths, is to feel a sudden, urgent sense of community and purpose.

Eventually, sweating and frizzy-haired, I set down my box of flowers on the patch of grass reserved for us in Les Invalidespark just behind the military museum, with a perfect view of the Eiffel Tower. We set our table and poured ourselves Champagne, eventually settling in to watch the sunset over the Eiffel Tower, along with the 13,000 other Dîner en Blanc guests seated all around us.

A DJ and a live band set up and soon two dance parties broke out on the grass. All around, I heard laughter and the clinking of glasses𠅊n electric, happy buzz filled the air and mixed with the evening’s cool breeze. I forgot, momentarily, about the rest of the world. Eventually, needing a breath of fresh air and a moment of quiet, I stood up and walked away from the crowd to the outskirts of the park, passing a marching band, and a group of friends taking pictures of each other between lanes of traffic. On the edge of the grass, I took stock of the scene—strangers meeting each other, hugging, pouring wine for each other, older couples swing dancing, young men standing on a table popping open bottles of Champagne that they sprayed on the crowd. In the midst of all that frenetic, thrilling energy I actually experienced a moment of serenity. The magic of Paris, it became clear to me, was not the Eiffel Tower or the River Seine or the bustling coffee chops, but the spontaneity of its people, their ability to grasp a single moment in time and live in it, fully and unreservedly.

By the time I got back to my group, sparklers began to materialize on the table. The air turned golden and filled with smoke. I don’t have a satisfactory picture of this moment. Someone handed me a sparkler, I kicked my shoes off, stood on a chair, and began to wave it in the air.

Dîner en Blanc&aposs partnership with Sofitel is available in Montreal, Philadelphia, Chicago, New York City, and Los Angeles, this fall.


Voir la vidéo: Et Elle toucha le bord de son vetement. Frère Jonathan Assani Culte dIntercession du (Mai 2022).


Commentaires:

  1. Gardashura

    Admin! Vous voulez un domaine .ru bon marché pour seulement 99 roubles? Viens ici!

  2. Devland

    Vous permettez l'erreur. Entrez, nous en discuterons.

  3. Jago

    L'opinion très drôle

  4. Benicio

    Et vous avez essayé comme ça vous-même?

  5. Jaryl

    la phrase excellente et est opportune

  6. Romeo

    Ils ont fait un stand ici ... il me semble que l'auteur a écrit correctement, eh bien, cela aurait pu être plus doux. P. S. Je vous félicite pour le dernier Noël!

  7. Carmel

    Vous avez touché le point. C'est une bonne idée. Je t'encourage.



Écrire un message